Charte de sécurité en implantologie

1- La Formation du Praticien :

Formation « longue » (au moins deux ans) dans un cadre :

  • universitaire
  • hospitalier
  • dans le cadre d'un master ou d'un postgraduate

Formation donnée par des enseignants qualifiés (universitaires ou hospitaliers) et non une formation courte de 2 ou 3 jours seulement par des sociétés vendant des implants et donnant une recette et non la pratique d'une discipline chirurgicale à part entière.

2- L'ASEPSIE :

Bien que travaillant en milieu buccal, l'asepsie est un point essentiel dans la réussite des interventions implantaires. Cette stricte asepsie est réalisable :

  • en bloc opératoire au sein du cabinet dentaire
  • en bloc opératoire en milieu hospitalier
  • en bloc opératoire en clinique.

Les règles de l'asepsie nécessitent un apprentissage en milieu hospitalier ou en clinique, seuls lieux garantissant cet enseignement.

3- LES MOYENS TECHNIQUES :

La préparation de chaque cas clinique passe par l'utilisation des moyens techniques indispensables à la mise en place du diagnostic,à la visualisation du volume osseux, et à l'élaboration du plan de traitement . Ces moyens sont :

La radiographie : panoramique, bilan long cône, scanner ou cône beam en fonction du volume osseux résiduel et des éléments anatomiques voisins.

Le guide radio-chirurgical indispensable pour le positionnement précis des Implants et de leur émergence sur l'arcade.

4- LES DOCUMENTS OBLIGATOIRES :

Le plan de traitement est présenté et expliqué au patient ,un certains nombre de documents est alors élaboré :

  • Le devis précis.(avec plan éventuel de financement)
  • Le descriptif de la prothèse terminale.
  • Le consentement éclairé du patient.

5- SURVEILLANCE ET SUIVI DU PATIENT :

Cette clause oblige le patient à se faire traiter en France car l'implantologie nécessite une surveillance constante et une action rapide en cas de complication : les visites sont conseillées tout les six mois après la fin du traitement et une maintenance stricte et une surveillance sont mise en place par le praticien.

6- REALISATION PROTHETIQUE :

La réalisation prothétique doit être conforme aux règles de la prothèse sur implant qui sont différentes de la prothèse dentaire classique.